• Nous avons trouvé sur le net la réflexion d'un professeur de philosophie à propos de la notion de "laïcité".

    Le texte original peut être téléchargé à l'adresse http://www.chanzy.net/lycee/wp-content/uploads/2016/01/Comment-penser-la-notion-de-la%C3%AFcit%C3%A9-en-France-en-2015.pdf

    Voici le contenu de celui-ci :

    Dans le film Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois, film tourné en 2010 qui relate le contexte d’enlèvement et d’assassinat des moines cisterciens de Tibhirine en Algérie en 1996, le réalisateur fait dire au frère Luc (le moine-médecin joué par l’acteur Mickaël Lonsdale) une phrase attribuée à Blaise Pascal, à savoir que les hommes ne font jamais le mal « si pleinement et si gaiement que quand [ils le font pour] des raisons religieuses. » C’est en effet quand il se croit détenteur de l’Absolu que l’homme peut se croire investi d’une puissance sans limite venant légitimer les actes les plus immondes, cela en oubliant mystérieusement que la dévastation par la force ipso facto lui fait perdre tout sens de la mesure et de la justice. Cependant, la citation ci-dessus n’est pas exacte dans la mesure où la Pensée 895 (dans la classification de Brunschvicg ; 813 dans la classification de Lafuma) affirme que « jamais on ne fait le mal si pleinement et si gaiement que quand on le fait par conscience. » Si l’histoire, jusqu’aux récents événements, fournissent la triste illustration du fait que la religion et la violence peuvent co-exister, l’auteur des Pensées les considère comme antithétiques dans la mesure où la pensée 185 (172) explique que la « force » et « les menaces » ne peuvent générer que la « terreur », pas « la religion ». C'est la conscience humaine en général que le mal peut pervertir, selon Pascal, pas seulement la « conscience religieuse ».

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires